Ma peur de l’accouchement, encore une fois

Bien qu’il va s’agir de mon troisième accouchement, je ne suis pas rassuré pour autant. Pour ma défense mes deux premières grossesses étaient « simple » , mais celle-ci est différente, il s’agit d’une grossesse gémellaire et donc d’un accouchement de jumeaux.


Mes précédents accouchements

J’avais 25 ans quand j’ai donné naissance à Melle Pitchoune. Évidement la première grossesse est parsemée de craintes, de doutes et de peur chaque trimestre. Dans l’ensemble ma grossesse s’est bien passée. Un peu malade le premier mois, puis accro aux olives et aux pommes de terre, j’ai finalement perdu les eaux fin août en pleine nuit.
Je me souviens de ce jour comme si c’était hier. Je crois d’ailleurs que toutes les mamans se souviennent de ce moment et pourraient le remémorer dans les moindres détails à qui veut bien l’entendre.

Ma première grossesse

Mon premier accouchement

Alors j’espère que tu es prête parce que je me lance hihi. Je disais donc que j’ai perdu les eaux en pleine nuit. J’étais à ma surprise plutôt sereine et même détendue. Mr Biscotte s’est occupé de la flaque au pied du lit pendant que j’ai filé à la douche, et bouclé ma valise. Nous avons ensuite pris la route de la maternité située à environ 30 minutes de la maison. Les contractions ont débuté en chemin, mais sans grande intensité. Je suis arrivée à la maternité, j’ai pris quelques granules d’homéopathie conseillées par ma sage femme et me voilà dans une pièce à patienter que le travail s’accélère.

Il aura fallu attendre près de 13 h avant que je puisse serrer ma princesse dans mes bras. Le travail fut long, mais je trouve que j’ai très bien géré le temps et la douleur. J’ai attendu la dernière minute pour demander la péridurale et j’ai fini par accoucher par voie basse d’un joli bébé de 50 cm et 3,5 kg. Au final, dans cet accouchement mon plus grand moment de stresse fut la pose de la péridurale.

Mon second accouchement

Pour Mr Loulou j’avais de petites appréhensions, mais rien d’insurmontable. J’étais je dois l’avouer plus sereine, car je savais ce qui allait m’attendre, mon premier accouchement s’était bien passé donc confiante pour cet accouchement.

À 5 jours du terme, en pleine nuit idem j’ai perdu les eaux. Je me suis préparé détendu, et je voulais attendre que ma belle mère vienne surveiller Pitchoune. Sauf que ce n’était pas possible, le travail était déjà douloureux, les contractions étaient rapprochées et j’ai senti que ça allait être différent finalement.

Nous avons réveillé et déposé rapidement Melle chez mes beaux parents. Le trajet m’a semblé plus long que la première fois. Arrivé à la maternité j’avais du mal à marcher, impossible pour moi de me redresser. La personne de la maternité qui est venue nous ouvrir a directement voulu consulter mon col, car elle a dit qu’à ma démarche elle se doutait que ça irait vite. Et bien BINGO j’étais déjà à 10 le travaille allait commencer. Mais STOP je veux la péridurale moi mdr. L’anesthésiste a tardé a venir du coup il a pu me la poser limite, limite et j’ai du pousser. Mais elle ne faisait pas encore effet:/ J’ai donc accouché par voie basse sans péridurale. Mr Loulou est né avec 4,05 kg et 54 cm, et seulement 2 h se sont écoulées entre la perte des eaux et ses premiers pleurent.

La peur de mon accouchement gémellaire

Je suis donc passé par là. J’ai eu deux accouchements différents, mais par voie basse tous les deux. Je suis contente de ces accouchements, car j’ai toujours bien été encadrée, rassuré et je me suis sentie prise en charge. Mais cette fois c’est différent.

Une grossesse gémellaire à sa part de risque différente d’une autre grossesse. Au moment où j’écris cet article, je suis à 8 mois. Je suis fière d’être déjà arrivée jusque là, car souvent les jumeaux sont un peu impatients et montrent très tôt leur petit bout du nez.

Heureusement pour moi, ils vont bien, ils sont au chaud et terminent de se faire beaux. Actuellement chacun fait déjà plus de 40 cm et 2 Kg ce qui est encourageant également. D’après mon gynéco, si je vais à terme ils pourraient faire plus de 3 Kg chacun. Mais peut être ne le sais tu pas encore, mais les grossesses gémellaires sont souvent déclenché.

Ma peur du déclenchement

Première crainte que je vais aborder c’est le déclenchement. Je ne sais pas comment ça se passe et j’ai toujours besoin de tout maîtriser, de connaitre étape par étape… Il y a plusieurs techniques d’après ce que j’ai vu, mais le déclenchement peut : rendre les contractions plus douloureuses, la pause de la péridurale trop tôt risque elle de ralentir le travail, et il est fréquent de voir des déclenchements partir en césarienne.

La crainte ultime de la césarienne

De toutes je pense que c’est ma plus grosse peur. J’ai toujours eu peur que mes accouchements se finissent comme ça, et celui-ci encore plus. Je suis un peu « chochote » sur les bords et je ne supporterais pas de savoir mon ventre ouvert de l’autre côté de champ opératoire. Je crois que je tournerais de l’œil, nausées… Impossible à envisager.
Ensuite l’idée d’être loin des bébés pendant minimum 1 h ne va pas m’aider à me détendre. Même si je sais qu’ils seront avec papa et que tout ira bien, non c’est pas envisageable. Je les ai portés 9 mois je veux les voir et profiter deux le plus vite possible lorsqu’ils sont là, les avoir près de moi, les observer…

Viennent ensuite la cicatrice et les recommandations qui suivent. Je n’ai vraiment pas envie d’une cicatrice peu esthétique. Mais après il ne faut pas porter, rester allongé plusieurs heures, plus de douleurs durant l’allaitement… non, mais non vraiment je redoute. Après évidemment je passerais à travers tout ça pour la santé de mes poussins forcément. Mais là maintenant, je ne veux pas de césarienne. Je croise les doigts et je vous laisse les croiser pour moi 😉 mdr.

Et si tout allait bien se passer 

C’est vrai j’ai peur, j’ai des doutes, des appréhensions, mais comme toutes les mamans qui vont accoucher. Mais au fond je me dis que c’est le 3e. Il sera différent et unique c’est certain, mais comme chaque accouchement.

J’ai réussi à porter mes poussins au-delà de la prématurité, ma grossesse s’est bien passée, même très bien je trouve. Je suis en pleine forme, eux aussi alors pourquoi le final devrait il être catastrophique ? J’irais chercher en moi des ressources que je n’imagine même pas, comme toutes les mamans. Je reste sur cette belle idée et je me dis que j’ai la force en moi et qu’il me faudra juste la sortir le moment venu.

Je suis quelqu’un qui prépare tout et depuis des mois j’ai déjà pensé et préparé ce jour. Je sais dans qui appeler et dans quel ordre si je suis seule à la maison, je sais ce que je dois ajouter à la dernière minute dans ma valise avant de partir… Je suis sereine ça va le faire malgré mes craintes.

Et toi comment se sont passé tes accouchements ? As-tu des appréhensions ?

14 Commentaires

  1. coucou

    je ne raconte pas les miens sinon plus personne ne ferait de bébés 😉
    mais rassures toi si ça a été pour les deux premiers, je suis sure que ça sera aussi nickel pour les deux petits chatons à venir aussi 🙂 en vrai il n’y a pas de raison
    bises

  2. Coucou,

    Je rejoint Eva, si je raconte le mien, personne ne fait de bébé non plus !
    Petite idée, j’ai mis 27h pour accoucher, dans la salle d’accouchement hein !
    3,790kg – 51 cm avec un mois d’avance !

    Et bien, tu sais pourquoi j’en ai qu’un ! Plus jamais je recommence lol.
    Ma tant a eu des jumeaux aussi, elle a accouché par voie basse, tout s’est bien passé 🙂
    Tout ira bien, en tout cas, je te le souhaite !

    Belle soirée,
    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

  3. Hello, je peux comprendre cette crainte. Une grossesse de jumeaux, ça n »est pas exactement la même chose. Mais je suis sure que ça va bien se passer <3
    Ici, mon accouchement s'est bien passé. L'ambiance était bizarre car c'était 5 jours après le Bataclan et la sage femme ne faisait que me parler de ça alors que j'accueillais la vie.
    Ce fut de loin le plus beau moment de toute ma vie, cette rencontre unique et si belle/

  4. J’avoue que tu as déjà fait un sacré travail car souvent, comme tu le dis, ils viennent avant. Sinon, il ne faut pas stresser (c’est facile à dire .. hein) et partir du principe que « et si tout allait bien se passer ».. bon courage à toi

  5. Coucou
    je n’ai pas encore d’enfants et ce n’est pas prévu pour tout de suite, mais j’imagine que c’est tout à fait normal d’avoir de telles appréhensions.
    Je te souhaite le meilleur, tout va bien se passer. Le stress n’arrange pas; mais il est inévitable. Donc je te souhaite beaucoup de courage et beaucoup de bonheur !
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.