Les appréhensions de la grossesse

On a toutes des questions, des doutes, avant et après la venue de bébé. Qu’il soit le premier ou même le dernier d’une grande fratrie, pour les parents et surtout la maman les appréhensions sont toujours là. Je te propose de les décrypter les craintes, d’apprendre à les canaliser et d’en parler tout simplement, car parfois ça suffit à les faire partir.

 

Avant même d’être enceinte

 

Avant de rencontrer Mr Biscotte pour moi, il était clair que je n’aurais pas d’enfant. Je ne m’imaginais pas avoir (pardonnez-moi l’expression, mais je le dis comme c’était) « cette chose » en moi qui bouge et qui grandit qu’il faudra sortir dans la douleur. NON juste aussi difficile à imaginer qu’impossible à réaliser. Je pense que beaucoup de femmes ressentent ça aussi et appréhendent la grossesse, les transformations du corps que cela implique…

Mais finalement les choses ont changé et le temps a fait que pour je ne sais quelle raison j’ai changé ma façon de voir les choses. Je suis rapidement tombée enceinte et me voilà avec une puce dans le bidon. Je me rends rapidement compte que les changements les plus importants ne seront pas les transformations physiques, mais plutôt  celles qu’on ne voit pas au premier coup d’œil, j’entends par là la maturité et l’instinct maternel.

Maintenant avec le recul je me dis que le physique est un détail. Certes je n’ai plus le corps d’une jeune demoiselle sans enfant, mais j’ai deux amours qui me comblent chaque jour. Ok  j’enjolive, car y a des jours plus difficiles que d’autre, mais pour rien au monde je changerais ça. Il y a une expression qui dit que chaque enfant prend de la beauté de sa maman avant de naître. J’aime garder ça en tête et me dire que si mes enfants sont beaux (car à mes yeux ils le sont) c’est un peu en donnant du mien. Après tout, ils le valent bien.

 

Pourquoi la femme enceinte à des angoisses pendant sa grossesse?

 

C’est dès le premier trimestre de grossesse que les questions apparaissent, on peut dire que l’intensité des angoisses et des doutes varie en fonction du vécu ou de la façon dont chaque femme vit sa grossesse.  Ces premier mois font partie de la période d’adaptation de la femme qui va progressivement se sentir devenir mère. Mais souvent après quelques mois les doutes se dissipent.

Le second trimestre en général est plus calme, car on s’est fait à l’idée de porter son enfant et on commence à le sentir bouger, on le voie aux échographies… Par contre au troisième trimestre ont peu avoir une appréhension de l’accouchement et de la séparation. Sais-tu que d’après une étude entre 5 et 15% des femmes ont des angoisses durant leur grossesse.

 

Pourquoi est-il important de ne pas angoisser pendant la grossesse?

 

Bien souvent on a peur d’avoir un enfant avec des problèmes de santé, une malformation…Et c’est ce genre de crainte qui nous travaille, mais ce qu’on ne sait pas c’est que bien souvent ces mêmes craintes risquent, si elles persistent, d’augmenter les risques d’accouchement prématuré, d’avoir un bébé avec un petit poids, voir des problèmes comportementaux chez l’enfant… Si tu vois donc que tu as du mal à contrôler tes émotions, n’hésite surtout pas à en parler à ta sage femme ou ton gynécologue. Ils pourront t’aider et te rassurer.

D’autant plus que ces symptômes dans certains cas peuvent persister après l’accouchement et associer à une forte fatigue ou une dépression, des sautes d’humeur…

Si tu as besoin d’inspiration pour te détendre je t’invite à lire mon article « Comment rester zen pendant la grossesse » qui te donne plusieurs solutions pour te détendre et faire le plein de positivité.

Voilà maintenant tu as toutes les informations en main pour rester détendu et positiver pendant ta grossesse. Et si tu as eu toi aussi des craintes comment les as-tu gérées? Dis-nous tout.

 

Les craintes de l’accouchement et après la naissance du premier bébé

 

A peine enceinte j’ai compris que rien ne sera plus pareil. Je me suis découverte au fil des mois de grossesse et pour l’accouchement pareil. Rassure-toi si tout comme moi tu flippes de l’accouchement, le Jour J tu vas chercher en toi des réserves de forces et de courage que tu n’aurais jamais imaginé avoir.

Pendant les neuf mois de grossesse, on est amené à se poser une multitude de questions sur l’accouchement et sur les jours, semaines et mois à venir après la venue de bébé. Le doute s’installe et ce n’est pas bon. Il faut positiver et avoir confiance en soi. Comme je disais avant la maturité et l’instinct maternel vienne tout seul et tu sauras forcément t’occuper de ton bébé et faire au mieux pour que tout ce passe bien

Vais-je réussir à m’en sortir? Est-ce que je serais une bonne mère? Comment savoir s’il ou elle a faim ? Je dois allaiter ou lui donner le biberon? Et si je fais mes besoins pendant l’accouchement?

STOP ! Rassure-toi toutes ses questions sont déjà passées dans la tête de pleins de femmes avant toi et elles passeront dans la tête de biens d’autres femmes encore.

 

La peur de ne pas aimer les autres enfants

 

Je n’aurais pas imaginé que cette peur pouvait exister. Après tout j’ai déjà un enfant, je sais à quoi m’attendre donc c’est bon, zen pour le second. Eh bien non, en tout cas pas pour moi. J’ai eu peur de ne pas l’aimer. Car j’aimais déjà tellement fort ma fille et je ne voyais pas comment pouvoir laisser de la place à mon second enfant. En plus un garçon, je me demandais comment ça allait se passer.

Et bien figure-toi qu’à peine né je l’aimais déjà tellement! Dès qu’on voit son enfant, on fond littéralement comme pour le premier. Et au fur et à mesure, l’enfant se fait une place dans la famille et on se rend compte qu’on aime tous nos enfants sans exception. La vie est ainsi bien faite, pas la peine de te tracasser avant.

Et je pense que l’on doit se poser la même question à chaque grossesse et qu’au final le résultat est toujours le même.

Chaque enfant est différent et apporte également quelque chose d’unique à la relation parent – enfant. On remarque souvent qu’un est plus câlin que l’autre, plus rigolo, plus taquin… C’est autant de différences qui font qu’on les aime ensuite pour ce qu’ils sont.

 

1 Rétrolien / Ping

  1. Les petits bonheurs du dimanche #7 – Une semaine sur la Blogosphère | La Fée Biscotte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*